0

0Il est temps pour l’Union européenne d’agir en Afghanistan

Une issue favorable à la situation en Afghanistan semble s’éloigner de jour en jour et le sommet de l’OTAN à Riga les 28 et 29 novembre pourrait représenter la dernière chance de tirer ce pays du bord du gouffre.

Au mois d’octobre, l’OTAN a assumé la responsabilité de la sécurité pour tout le territoire afghan.Sur les quelques 20.000 soldats américains stationnés en Afghanistan, près de 8000 constituent une force indépendante Les autres participent à la plus importante mission de l’histoire de l’OTAN, la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF)

Les 26 alliés de l’OTAN contribuent tous à la mission militaire en Afghanistan, ainsi que 11 autres pays. Certains d’entre eux, comme la Macédoine et la Finlande, appartiennent au Partenariat pour la paix de l’Alliance nord atlantique. D’autres, comme l’Australie et la Corée du Sud, viennent d’horizons plus lointains. Les soldats de ces différents pays agissent pratiquement comme une seule unité avec des objectifs partagés, des méthodes similaires, des équipements compatibles et des compétences complémentaires. Un demi-siècle de coopération et 15 années d’adaptation à de nouvelles exigences et menaces commencent à porter leurs fruits.

Malheureusement, les 40.000 soldats présents en Afghanistan ne suffisent pas. Les forces de l’ISAF sont absentes ou peu présentes dans quelques provinces afghanes, notamment celles situées le long de la frontière pakistanaise qui abritent les sanctuaires talibans. Ces provinces ne comptent par ailleurs aucune équipe de reconstruction provinciale.