0

L'UE doit entamer les négociations avec la Turquie

Le 17 décembre dernier, le Conseil européen a décidé que les négociations d'adhésion avec la Turquie débuteraient au mois d'octobre. Le gouvernement turc s'est vu imposer deux conditions : une vaste réforme visant à renforcer la primauté du droit et les droits de l'homme, et l'adoption du protocole d'adaptation de l'accord d'Ankara, qui étend l'union douanière avec l'UE à tous les nouveaux États-membres, notamment la république de Chypre. La Turquie a rempli ces conditions : la réforme juridique est entrée en application le 1er juin, et le Protocole a été signé le 29 juillet.

Une reconnaissance formelle par la Turquie de la République de Chypre, comprenant son extension à la partie nord de l'île, ne fait pas partie des conditions pour débuter les négociations. Il s'agit là d'une question complexe liée aux efforts de négociation du secrétaire général de l'Onu Kofi Annan pour parvenir à un accord global qui mènera à la réunification de l'île.  

L'année dernière, la Turquie et la communauté chypriote turque ont accepté les propositions du secrétaire général, qui ont cependant été rejetées par les Grecs chypriotes. Il y a toutes les raisons de penser qu'Annan reprendra bientôt ses bons offices et trouvera une solution positive au problème bien avant l'entrée possible de la Turquie dans l'UE, autour de 2015. La question de Chypre ne devrait donc pas être interprétée comme un obstacle au début des négociations.

Cela vaut aussi pour l'intention prêtée à certains gouvernements de l'UE de voir le soi-disant concept de “partenariat privilégié” inclus de façon explicite dans le cadre de négociations en tant qu'alternative à une adhésion complète. Cette proposition a été débattue et rejetée lors du Conseil européen de décembre dernier, et les conclusions du Conseil y font référence sous la mention “négociation ouverte.”  Le choix des termes, jamais utilisés lors des élargissements précédents, a pu agacer la Turquie, mais il a finalement été accepté comme le genre d'ambiguïté constructive si souvent utilisée en diplomatie internationale.