0

La fin de la relation privilégiée entre Israël et les USA  ?

TEL-AVIV – La récente visite à Washington du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a mis en évidence les désaccords fondamentaux entre le gouvernement israélien et le gouvernement américain du président Obama. Netanyahou n'apprécie pas le soutien de ce dernier à la ampquot;solution de deux Etatsampquot; pour résoudre le conflit israélo-palestinien et refuse de voir le lien qui existe selon Obama entre la paix israélo-palestinienne et sa capacité à restreindre les ambitions nucléaires de l'Iran.

De même, lui déplaît la réticence d'Obama à fixer une date limite au dialogue avec l'Iran. Les Israéliens pensent que l'Iran va bientôt rejoindre le club nucléaire et va utiliser habilement la perspective d'un dialogue avec les USA pour éviter des sanctions plus sévères ou une frappe militaire.

Ce n'est pas la première fois qu'une crise éclate ou qu'un désaccord sérieux se manifeste entre ces deux alliés très inégaux. Mais ce ne sont pas tant les divergences actuelles entre les deux pays qui inquiètent la plupart des Israéliens que la crainte sous-jacente de voir Obama mettre fin à la relation privilégiée de l'Amérique avec l'Etat juif.

La principale force derrière ce qui est peut-être l'une des alliances les plus surprenantes des relations internationales consiste en une convergence d'intérêt entre les deux pays et une attitude américaine enracinée dans l'affectivité à l'égard de l'épopée d'Israël et de l'histoire juive, et ce depuis l'Holocauste. Ceci dit, il n'y a pas de cause unique à la persistance de l'engagement américain à l'égard d'Israël et à l'écho dont bénéficie la cause israélienne aux USA - un phénomène unique.