Le triangle est-asiatique

Une fois de plus, la course aux armes nucléaires de la Corée du Nord menace la stabilité de l'Asie. Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, a organisé en hâte un sommet en Chine avec le président Hu Jintao la veille de l'essai nucléaire nord-coréen, et lors de cette rencontre les deux hommes se sont accordés à dire qu'une telle démarche était “intolérable.”

Cette rencontre est un événement positif. Pourtant, Abe prend ses nouvelles fonctions avec une réputation de nationaliste plus appuyée que celle de son prédécesseur, Junichiro Koizumi, dont l'insistance pour visiter le polémique sanctuaire de Yasukuni (où sont enterrés les pires criminels de guerre de la Seconde Guerre mondiale) a contribué à envenimer les relations avec la Chine. Si l'on veut préserver la stabilité, les relations sino-japonaises doivent s'améliorer.

Bien que les ambitions nucléaires de la Corée du Nord soient inquiétantes et déstabilisantes, l'importance croissante de la Chine est la principale préoccupation stratégique de l'est de l'Asie. Son économie connaît une augmentation annuelle de 8 % à 10 % depuis trente ans. Le rythme de ses dépenses de défense est encore plus accentué. Pourtant, les dirigeants chinois parlent de “la montée pacifique” de la Chine et de son “développement pacifique.”

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/s9wy6zJ/fr;