0

Séisme politique en Grande-Bretagne

LONDRES – Les éruptions volcaniques ont des conséquences – et je ne pense pas uniquement au chaos engendré dans les transports aériens par la dernière éruption du volcan islandais au nom imprononçable (connu au Pentagon sous le sigle E-15).

En 1783, une éruption volcanique, en Islande toujours, a rejeté tellement de cendres dans l’atmosphère qu’elle a entraîné un refroidissement de tout l’hémisphère nord pendant trois ans, entraînant de fortes perturbations des récoltes et une famine généralisée. Pour certains historiens, cet événement aurait contribué à déclencher la Révolution française.

Devons-nous attribuer la « révolution britannique » de 2010 à E-15 ? Ce serait sans aucun doute aller trop loin. Mais l’accord conclu entre les Conservateurs et les Libéraux-démocrates pour former un gouvernement de coalition n’en semble pas moins révolutionnaire aux yeux de nombreux électeurs britanniques. A Londres, ce type d’accord, qui dans d’autres pays va de soi, est perçu comme étant totalement inédit.

Les dernières élections n’ont pas dégagé de majorité absolue, même si le parti conservateur a obtenu 7 points d’avance sur le parti travailliste, qui s’est placé deuxième. La différence de comptabilisation des voix dans les différentes circonscriptions, qui oblige les Conservateurs à réunir un plus grand nombre de voix que les Travaillistes pour envoyer un député au Parlement, a fortement joué contre les gagnants du scrutin.