Le retrait des Néerlandais et l’Otan

AMSTERDAM – Depuis 2006, des troupes néerlandaises sont déployées dans une province reculée et insoumise de l’Afghanistan dans le cadre de leur mission avec les forces de la coalition de l’Otan. Les combats contre les Talibans ont parfois été très durs. Vingt et un Néerlandais ont été tués, sur un contingent d’environ 1800 hommes et femmes.

La mission néerlandaise devait être remplacée par les troupes d’autres alliés de l’Otan en 2008. Mais aucun pays ne s’est porté volontaire et la mission néerlandaise a été prolongée de deux ans. Aujourd’hui les sociaux-démocrates du gouvernement de coalition des Pays-Bas ont décidé que cela suffisait. Les soldats néerlandais devaient rentrer chez eux. Cette prise de position, à laquelle étaient opposés les chrétiens-démocrates, a provoqué la chute du gouvernement de coalition.

Cette évolution intervient au pire moment pour le président américain Barack Obama, qui a besoin de toute l’aide possible en Afghanistan, même de la part d’alliés de moindre importance, si ce n’est au plan militaire, du moins au plan politique. Pour de nombreux Américains, et en particulier pour les néo-conservateurs, l’attitude des Néerlandais confirme leurs pires soupçons concernant les perfides Européens qui, soucieux de leur confort matériel, n’en restent pas moins puérilement dépendants de la protection militaire des Etats-Unis. Lorsque les temps sont durs, disent-ils, les Européens se défilent.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/jtfCWWN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.