Le dragon et l'ours

Lors d'une deuxième lune de miel, l'émotion amoureuse est rarement aussi forte que la première fois. Pourtant, depuis l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, la Russie et la Chine ont cherché à renouer les relations étroites qui étaient supposées exister entre l'URSS et la Chine de Mao avant que Khrouchtchev ne dénonce Staline en 1961. Mais ce replâtrage de l'union sino-russe semble être davantage un mariage d'intérêt pour contrebalancer l'hégémonie américaine, qu'un mariage d'amour. Et maintenant l'invasion russe en Géorgie a dissipé jusqu'à l'illusion d'une quelconque attraction entre les deux partenaires.

En 1969, les armées chinoises et russes ont échangé des coups de feu au-dessus d'une zone frontière contestée. Et récemment les deux pays ont signé un accord qui devrait mettre fin à leur long conflit frontalier - ceci à la suite de la visite de Medvedev à Pékin, l'un des premiers voyages officiels du nouveau président russe.

Pendant la présidence de Poutine, les troupes chinoises et russes ont participé à des manœuvres communes et les deux pays sont devenus les puissances dominantes de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui selon certains observateurs occidentaux est une tentative pour faire contrepoids à l'OTAN. Les années d'échanges culturels du type "La Russie en Chine" et "La Chine en Russie" devaient souligner que les deux pays ne sont pas seulement unis par un pragmatisme géopolitique, mais aussi par d'authentiques liens historiques et culturels.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/CN7C74m/fr;