La logique intérieure des intrigues de la politique étrangère iranienne

WASHINGTON – Alors que l’ambassadeur d’Arabie Saoudite Adel al-Jubeir est bien vivant à Washington, le complot pour l’assassiner est peut-être parvenu à ses fins – si le but n’était pas tant d’assassiner al-Jubeir, mais bien plutôt la politique étrangère du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

L’histoire de la république islamique est pleine d’exemples de clans qui ont utilisé la politique étrangère pour étendre leur pouvoir sur leurs rivaux. Il est courant pour des groupes qui s’opposent de sacrifier les intérêts nationaux – comme la crédibilité internationale de l’Iran – pour parvenir à leurs fins.

Pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak, le conseiller à la sécurité nationale de Reagan, Robert McFarlane, s’était secrètement rendu en Iran, avec l’accord des plus hautes autorités du pays, afin de finaliser un accord qui aurait été à l’avantage de l’Iran. Mais des éléments anti-américains au sein du gouvernement ont divulgué la nouvelle à un journal arabe, anéantissant ainsi le projet et mettant dans un immense embarras tant l’administration Reagan que le gouvernement iranien.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MmFHlgB/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.