Le terrorisme discret de Fidel Castro

Ce printemps marque le troisième anniversaire de la vague de répression au cours de laquelle le régime de Fidel Castro a arrêté et infligé de longues peines d’emprisonnement à 75 dissidents cubains. Peu après, j’ai formé avec de nombreux amis le Comité international pour la démocratie à Cuba.

Le souvenir du courage de ceux qui ont trouvé leur conscience sociale, vaincu leur peur et se sont dressés contre la dictature du communisme reste vivace dans ma mémoire. Cela me rappelle les bruits entendus sur la place Wenceslas de Prague, puis dans le reste de ce qui était alors la Tchécoslovaquie, à l’automne 1989.

C’est pour cela que j’ai sonné l’alarme lors de la conférence pour la démocratie à Cuba tenue il y a trois ans par notre comité à Prague. Je voulais attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation des droits de l’homme à Cuba, soutenir l’opposition dans ce pays et encourager toutes les forces pro-démocratiques. L’Union européenne a alors décidé de sanctions diplomatiques, bien que surtout symboliques, contre le régime de Castro.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pJ5ZSWy/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.