Paul Lachine

Les ennemis utiles du marché des produits dérivés

CHICAGO – Le lancement de deux enquêtes par les autorités antitrust européennes sur le marché des dérivés sur évènements de crédits (« Credit Default Swaps », ou CDS) ressemble bien à une vengeance politique contre un des coupables présumés de la crise de la dette souveraine européenne de 2010. La perception négative partagée par la majorité de la population (particulièrement en Europe) à propos des CDS a certainement joué un rôle important. Et puis, les entreprises étrangères et faibles politiquement sont souvent les cibles préférées des mesures coercitives.

Par exemple, le premier cas de délit d’initié jugé en Russie après la chute du communisme fut à l’encontre d’une entreprise américaine. De même, les autorités antitrust de l’Union Européenne se sont montrées plus dures avec Microsoft qu’avec beaucoup d’entreprises européennes.

Ceci dit, l’existence de motifs politiques n’enlève pas la légitimité des nouvelles enquêtes de l’UE, qui seront d’ailleurs menées en parallèle à une investigation du Département de la Justice des Etats-Unis concernant des pratiques anticoncurrentielles de vente, compensation et fixation du prix des CDS aux USA. En fait, le biais idéologique des Européens contre les CDS pourrait être bénéfique à long terme pour le développement d’un meilleur marché des CDS, et des produits dérivés en général.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MBdjy1W/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.