La disparition des parlements

Août représente traditionnellement le mois des vacances parlementaires d'été. Ce qui offre un moment pour examiner leur affaiblissement.

À travers toute l'Europe, Tony Blair, le premier ministre britannique, n'est pas le seul à être accusé de « présidentialisme » de nos jours. Le chancelier allemand, Gerhard Schröder, essuie les mêmes critiques dans la campagne politique allemande actuelle. Le premier ministre italien, Silvio Berlusconi, n'aime pas être appelé par son titre de premier ministre : techniquement, il est président du Conseil (des ministres), et il insiste donc pour utiliser le titre de président. La France, bien sûr, est une démocratie présidentielle.

Pour beaucoup, le « présidentialisme » a des accents de constitution américaine ; mais ceux qui soupçonnent que le courant actuel est une autre facette de l'américanisation de l'Europe se trompent. Le pouvoir du président américain est sévèrement limité par l'Assemblée en vertu de la constitution américaine : il n'est qu'un élément de la triade des pouvoirs séparés. Les premiers ministres « présidentiels » européens sont, au contraire, ce qu'un Lord Chancelier britannique (ministre de la justice) décrivit une fois comme des « dictateurs élus ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/vPulo1s/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.