0

La mort du Socrate polonais

NEW-YORK – Une personne importante dont vous n'avez sans doute jamais entendu parler est morte vendredi dernier. Noyées dans le flot d'événements que tout le monde aura oubliés le lendemain, nous ne portons guère attention aux personnes qui traitent des questions d'éternité - les philosophes, les moralistes et les sages qui essayent d'attirer notre attention vers quelque chose de plus élevé. Pourtant, à long terme, ce sont elles qui comptent le plus, qui gardent toute leur importance, tandis que d'autres préoccupations ne sont que passagères. Ces hommes et ces femmes transforment le monde autour d'eux, même si l'on ne s'en rend compte que beaucoup plus tard.

Leszek Kolakowski était l'une de ces personnes. C'était un philosophe de renommée mondiale, un professeur dans de grandes universités - Oxford, Yale, Chicago - un homme qui suscitait le respect et l'admiration de ses collègues partout dans le monde. Il a écrit sur Spinoza, sur les controverses théologiques du 17° siècle en Hollande et sur d'autres sujets ésotériques.

Mais ce n'était pas un philosophe au sens technique, quelqu'un qui écrit pour un cercle de spécialistes. Il était philosophe au sens où Socrate était philosophe : un penseur qui remettait en question ce que les autres tenaient pour établi et sondait les actions et les sentiments humains pour nous aider à comprendre comment nous pouvons nous améliorer et mener une vie moralement plus satisfaisante et plus épanouissante.

Dans sa magistrale Histoire du marxisme en trois volumes, Kolakowski montre comment cette théorie politique a évolué dans le temps  et analyse les épreuves endurées par le continent européen lors des deux siècles marqués par les croyances marxistes. Dans ses Entretiens avec le diable , il crée un monde assez amusant qui fait contrepoint aux narrations à contenu moral de la chrétienté, il y déploie son sens de l'humour pour remettre en question les clichés rebattus de la religion et des ses adversaires, les vidant de leur enveloppe philistine, tout en défendant la véritable signification morale qui sous-tend les croyances traditionnelles.