0

Les dangers du désarmement nucléaire

MOSCOU – La Russie et les Etats-Unis ont signé un nouveau traité de réduction de l’armement nucléaire stratégique (START). Officiellement, ce traité réduit leur arsenal d’un tiers ; en fait chacun ne mettra hors service que quelques dizaines d’unités.

Le traité n’en est pas moins un accomplissement considérable. Il permet de normaliser les relations politiques entre les deux pays, favorisant ainsi leur coopération et leur rapprochement futurs.

Le retour du dossier des armes nucléaires stratégiques sur le devant de la scène politique internationale confère plus de poids politique à la Russie et met en lumière le domaine dans lequel elle peut encore s’affirmer en tant que superpuissance. Cela relance aussi Barack Obama, désigné comme le plus constructif et le plus progressif président américain depuis des décennies, et probablement pour les années à venir.

Suite à la signature du traité, les Etats-Unis ont organisé un sommet sur la non-prolifération nucléaire, une étape importante pour l’administration Obama dont le combat contre la prolifération nucléaire représente un axe majeur de sa politique. Des accords, même si peu significatifs, ont été signés lors de ce sommet. Mais l’on retiendra surtout la volonté affirmée des dirigeants du monde de travailler ensemble pour s’attaquer à la prolifération nucléaire.