La malédiction de l’unilatéralisme

La prise de conscience par les Américains que la guerre en Irak est perdue sera peut-être le fait le plus marquant de la politique internationale de l’année 2006. L’époque de l’unilatéralisme américain est objectivement révolue. Seul l’avenir permettra de dire si la politique étrangère des Etats-Unis reflétera cette nouvelle donne.

Malheureusement, cette constatation signifie également qu’une occasion unique est perdue. Seuls les Etats-Unis – avec leur puissance et leur sens d’une mission à accomplir – avait la capacité d’établir un nouvel ordre mondial à l’orée du XXIe siècle. Mais pour ce faire, les Etats-Unis auraient dû subordonner leur puissance à l’objectif de mettre en place ce nouvel ordre mondial, comme ils l’avaient fait à la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945. Au lieu de quoi, ils ont succombé à la tentation de l’unilatéralisme.

La grandeur d’une nation découle toujours de sa capacité à façonner le monde. Dès qu’une super puissance oublie ce fait ou perd son aptitude à agir dans ce sens, elle entame son déclin. On peut être tenté de penser que l’adversaire de l’Amérique durant la guerre froide, l’Union soviétique, par son effondrement soudain il y a quinze ans ce mois-ci, a laissé un cheval de Troie destiné à l’Amérique – le cadeau empoisonné de l’unilatéralisme.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/nnKaIa9/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.