4

Les crises estivales

PRINCETON – L'Europe se trouve au point de bascule entre reprise économique et aggravation de la crise, suivie de la désintégration de l'UE. Alors qu'il y a trois ou quatre semaines, les commentateurs et les analystes financiers clamaient qu'il ne restait que quelques mois pour sauver l'Europe, de sommet de la dernière chance en sommet de la dernière chance, les dirigeants politiques parlaient récemment en termes de jours.

L'Histoire de l'Europe et l'Histoire financière abondent de crises estivales. Trois d'entre elles ont modelé le 20° siècle. Elles ont été d'autant plus graves que les principaux responsables politiques étaient alors en vacances. Dans deux ans, l'Europe va célébrer le centenaire de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand le 28 juillet 1914, ainsi que la "Crise de juillet" qui a suivi, déclenchant la Première guerre mondiale en août de la même année. Le 13 juillet 1931, le système bancaire allemand s'est effondré, transformant le ralentissement économique américain en une crise mondiale, la Grande dépression. Le 15 août 1971, le président américain Nixon a mis fin à la convertibilité du dollar en or, ce qui a engendré une décennie d'instabilité monétaire mondiale.

 A l'origine de chacune de ces crises on trouve un problème technique pointu, assorti d'un éventail de problèmes politiques de bien plus large ampleur. Dans chaque cas, l'intrication de problèmes techniques et politiques a conduit à un désastre.

En juillet 1914, les diplomates essayaient de trouver comment l'empire des Habsbourg pourrait traiter la question de l'enquête de police transfrontalière qui était inévitable après un attentat. Les dirigeants politiques songeaient surtout à affirmer la renaissance et la grandeur de leur nation.