Le Courage des convictions

Même ceux qui sont en désaccord avec la position sur la question irakienne du Premier ministre britannique, M. Tony Blair, ne manquent jamais de louer son courage. Le président des États-Unis, M. George W. Bush n'a jamais à affronter des foules hostiles comme doit le faire M. Blair quand il entre au Parlement pour la session hebdomadaire des questions au Premier ministre : les membres de son propre parti, les Travaillistes, le chahutent et montrent leur hostilité à travers leurs questions. À l'extérieur du Parlement, et à la télévision, M. Blair affronte des groupes de pression qui exigent de manière emphatique la paix.

À travers toutes ces épreuves, M. Blair a montré le courage de ses convictions et elles se résument facilement : Saddam Hussein n'est rien d'autre qu'un mauvais dirigeant qui représente une menace potentielle pour ses voisins et le monde en général, et il doit quitter le pouvoir.

La position de M. Blair est d'autant plus remarquable en ces temps où les leaders politiques dépendent des sondages d'opinion publique et des positions exprimées par les soi-disant « groupes de réflexion » pour leur dire quoi penser. Les politiciens tentent en général de rester aussi proches que possible des positions de la majorité dominante parce qu'ils considèrent cela comme une approche « démocratique » et espèrent qu'une telle fidélité envers le peuple leur garantira la réélection.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/kPqSowT/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.