0

L'imposture scientifique mise en doute

La science, et le comportement des scientifiques, n'ont jamais été parfaits. Prenez le scientifique coréen Hwang Woo-suk, dont l'affirmation d'avoir extrait des cellules-souches d'embryons humains clonés s'est avérée fondée sur de fausses recherches. Hwang vient d'être renvoyé par l'Université Nationale de Séoul, et six de ses collaborateurs ont été suspendus ou ont vu leurs salaires diminuer.

Hwang et ses collègues ne sont pas vraiment des cas isolés. En réponse à la récurrence de scandales bien médiatisés et très dommageables de ces dernières années, beaucoup d'universités et certaines agences nationales de recherche convoquent à présent des “conseils d'enquête institutionnels” pour gérer les brèches de ce qui est devenu “l'éthique de la recherche.”

Mais ces conseils sont-ils nécessaires ? Si c'est le cas, dans quel esprit doivent-ils conduire leurs travaux ?

Des artistes aux scientifiques, tous les travailleurs intellectuels sont préoccupés par la reconnaissance, reçue ou accordée. L'embauche, la promotion et la récompense du personnel universitaire sont de plus en plus basées sur un “compte de citations”– soit le nombre de fois que quelqu'un est accrédité dans des publications approuvées par ses pairs. Même si le travail de quelqu'un est critiqué, il doit être correctement reconnu.