La différence latine

PRINCETON – On pense de plus en plus à l'Europe en termes binaires. François Hollande joue constamment avec l'idée de construire un nouveau bloc latin dans lequel l'Espagne et l'Italie se joindraient à la France pour dire non à l'austérité. Dans cette perspective, la caractéristique latine consiste à s'appuyer davantage sur la capacité de l'Etat à garantir des revenus et à créer la richesse que sur l'obsession "protestante" du travail de l'individu.

Cette idée n'a rien de neuf. Ainsi que le soulignait récemment le philosophe italien Giorgio Agamben, elle est apparue au début de l'après-guerre. En août 1945, un intellectuel français, Alexandre Kojève, a soumis au général De Gaulle un projet de politique étrangère basé sur une "troisième voie" latine, entre capitalisme anglo-saxon et marxisme soviéto-slave.

Il existe même des versions plus anciennes de la vision française de l'Europe. Au milieu du 19° siècle, l'empereur Napoléon III avait créé une Union monétaire latine comprenant la France, la Belgique, l'Italie et la Suisse. Il voyait dans ce projet l'esquisse d'une monnaie unique mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/T2HHxFN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.