par Ralf Dahrendorf

Le traité est particulièrement ambigu quand il utilise le vocabulaire constitutionnel. La "Charte des droits fondamentaux" par exemple semble destinée à protéger les libertés publiques ; en fait, elle ne s'applique qu'aux actes pris par les institutions de l'UE : "Les dispositions de la présente Charte s'adressent aux institutions, organes et agences de l'Union dans le respect du principe de subsidiarité, ainsi qu'aux Etats membres uniquement lorsqu'ils mettent en œuvre le droit de l'Union" (article II‑51). Chaque droit spécifique inscrit dans le traité est accompagné d'une clause précisant qu'il est garanti dans les conditions prévues par les législations nationales.

De la même manière, dans sa description des institutions de l'UE, le traité reprend pour l'essentiel les lois existantes. Quelques nouvelles dispositions - comme le fait de pondérer les votes nationaux dans les Conseils de l'Union - ont fait l'objet de nombreux débats qui sont loin d'être clos. Des dispositions telles que celle qui fixe à 25 et peut-être bientôt à 30 le nombre de membres de la Commission risquent d'être modifiées sous peu, car elles ne sont tout simplement pas viables. En tout cas, il est certain que le texte actuel ne survivra pas pendant plus de deux siècles (contrairement à la Constitution américaine), ou même au-delà d'une vingtaine d'années.

Alors, pourquoi tant d'hommes politiques intelligents font-ils autant de bruit autour de ce texte ? La construction européenne se traduit au moins autant par des actes symboliques que par des réalités tangibles, c'est pourquoi elle a la curieuse propriété de ne se manifester que par intermittence. Le Premier ministre Tony Blair a longuement répété que le traité est un simple exercice de dépoussiérage à ne pas prendre trop au sérieux, puis il a été dépassé par le débat sur les symboles et il a entièrement changé son discours. C'est à la surprise générale qu'il promet maintenant un référendum sur le traité qui décidera une bonne fois pour toutes si la Grande-Bretagne est à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Union. Un débat analogue se déroule en Suède. Ailleurs, notamment en Allemagne et en France, on attend tellement de cette "Constitution" que la minorité qui a réellement lu le projet doit se demander pourquoi ces 125 pages d'un texte dense, si ce n'est opaque, devraient sauver l'Europe.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/a4mFOkG/fr;
  1. An employee works at a chemical fiber weaving company VCG/Getty Images

    China in the Lead?

    For four decades, China has achieved unprecedented economic growth under a centralized, authoritarian political system, far outpacing growth in the Western liberal democracies. So, is Chinese President Xi Jinping right to double down on authoritarianism, and is the “China model” truly a viable rival to Western-style democratic capitalism?

  2. The assembly line at Ford Bill Pugliano/Getty Images

    Whither the Multilateral Trading System?

    The global economy today is dominated by three major players – China, the EU, and the US – with roughly equal trading volumes and limited incentive to fight for the rules-based global trading system. With cooperation unlikely, the world should prepare itself for the erosion of the World Trade Organization.

  3. Donald Trump Saul Loeb/Getty Images

    The Globalization of Our Discontent

    Globalization, which was supposed to benefit developed and developing countries alike, is now reviled almost everywhere, as the political backlash in Europe and the US has shown. The challenge is to minimize the risk that the backlash will intensify, and that starts by understanding – and avoiding – past mistakes.

  4. A general view of the Corn Market in the City of Manchester Christopher Furlong/Getty Images

    A Better British Story

    Despite all of the doom and gloom over the United Kingdom's impending withdrawal from the European Union, key manufacturing indicators are at their highest levels in four years, and the mood for investment may be improving. While parts of the UK are certainly weakening economically, others may finally be overcoming longstanding challenges.

  5. UK supermarket Waring Abbott/Getty Images

    The UK’s Multilateral Trade Future

    With Brexit looming, the UK has no choice but to redesign its future trading relationships. As a major producer of sophisticated components, its long-term trade strategy should focus on gaining deep and unfettered access to integrated cross-border supply chains – and that means adopting a multilateral approach.

  6. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now