0

Les conséquences de l’extrémisme coréen

SEOUL – La péninsule Coréenne traverse une fois encore une de ses vagues périodiques d’extrémisme, marquée cette fois par le suicide de l’ancien président, Roh Moo-hyun, le 22 mai dernier et par le deuxième essai nucléaire de la Corée du Nord. Le suicide de Roh est un désastre pour sa famille et une honte nationale alors que le coup nucléaire du leader nord coréen Kim Jong-il est plutôt de l’ordre du caprice, mais un caprice qui pourrait avoir des conséquences dramatiques pour les deux Corées et pour le monde.

La bombe nord-coréenne, estimée à quatre kilotonnes, n’a évidemment pas la puissance de celle de 15 à 21 kilotonnes que les américains ont lancée sur le Japon il y a 64 ans. Mais pour les Coréens, cette tentative orgueilleuse de Kim Jong-il renvoie plutôt à la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le bœuf de la Fable d’Esope.

Malgré cela, la belligérance nord-coréenne n’est pas de la pure folie. Elle exprime plutôt une crainte profonde que son propre régime ne s’effondre.  

En tant que Coréen, je suis toujours surpris par l’extrémisme coréen. Où peut-on trouver dans le monde une telle mutation d’un système totalitaire communiste vers un régime dynastique aussi isolé, militarisé et strict qu’en Corée du Nord ? Existe-t-il sur cette terre un autre mendiant détenteur de l’arme nucléaire et lanceur de missiles que Kim Jong-il ? Existe-t-il un autre pays dans le monde qui ait été uniquement gouverné par un père et son fils, tels des demi-dieux, depuis 61 ans ?