Paul Lachine

Angela Merkel au pays du sourire

BERLIN – Les élections ont eu lieu en Allemagne. Elles ont profondément transformé le paysage politique allemand et on voit clairement quels sont les gagnants et les perdants. Néanmoins le véritable drame ne s'est pas déroulé entre les principaux partis du pays, mais aux franges du spectre politique.

La chancelière Angela Merkel bénéficie d'une victoire à une majorité écrasante ; son parti, la CDU (l'Union chrétienne-démocrate), a été à deux doigts d'obtenir la majorité absolue au Parlement. Mais son triomphe est essentiellement dû à l'effondrement de son partenaire de coalition, le FDP (Parti libéral-démocrate), qui pour la première fois dans l'Histoire de la République fédérale ne sera pas représenté au Bundestag.

Depuis la fin de la guerre les libéraux sont un élément clé de la démocratie allemande, mais ils sont maintenant éclipsés ; la responsabilité lui en incombe en priorité. Aucun parti de gouvernement ne peut se permettre d'avoir des ministres aussi manifestement incompétents et de manquer à un tel point de leadership. La chancelière s'est contentée de rester à l'arrière plan et de regarder en spectatrice le suicide public auquel se sont livrés les libéraux au cours des quatre dernières années.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/1YlHfzC/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.