0

La sécurité climatique

CAMBRIDGE – George W. Bush commence à reconnaître les risques de changement climatique ; il est regrettable que son gouvernement ne se soit attaqué au problème ces huit dernières années. La situation changera peut-être après les élections présidentielles puisque les deux candidats, Barack Obama et John McCain, promettent de prendre la question plus au sérieux.

Les émissions de dioxyde de carbone, gaz à effet de serre qui s’accumule dans l’atmosphère et l’une des causes majeures de la hausse des températures, sont les effets secondaires de nombreuses activités économiques « normales ». Les émissions de CO2 étant ce que les économistes qualifient d’« externalité négative », les émetteurs ne subissent pas intégralement le coût des dommages qu’ils causent et sont donc peu incités à les réduire.

Faisons le parallèle avec le tabagisme : les non fumeurs doivent assumer en partie l’augmentation du coût des soins de santé imposée par les fumeurs. Mais si le tabagisme peut être découragé par des taxes et des réglementations, il n’existe pas d’organe mondial pour réglementer les émissions excessives de CO2 ; et les responsables sont tentés de laisser les autres pays régler le problème. De plus, certains pays, comme la Russie qui pourrait tirer un profit économique d’une Sibérie plus chaude, ont des motivations différentes des pays pauvres, comme le Bangladesh qui sera probablement inondé avec la montée du niveau de la mer liée au réchauffement planétaire.

Selon des scientifiques, le changement climatique provoquera de graves bouleversements, tels les catastrophes naturelles liées aux conditions climatiques, les sécheresses et les famines, qui risquent de faire de nombreuses victimes. Avec une hausse des températures située entre 1,6 et 2,8 degrés Celsius, le niveau de la mer s’élèvera de cinquante centimètres dans les trente prochaines années.