0

Urgence climatique

New Delhi – L’action internationale est aujourd’hui urgente et essentielle pour faire face au changement climatique. Nous ne pouvons plus tolérer tout débat sur la nécessité d’agir, étant donné que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), que je préside, a confirmé la réalité sans équivoque du changement climatique, au-delà de tout doute scientifique.

Par exemple, des changements se produisent au niveau de la répartition des précipitations, marqués par une tendance à la hausse dans les latitudes supérieures et à la baisse dans certaines régions subtropicales et tropicales, ainsi que dans le bassin méditerranéen. Qui plus est, le nombre d’épisodes de précipitations extrêmes – de plus en plus répandus – augmente, de même que la fréquence et l’intensité des vagues de chaleur, des inondations et des sécheresses.

Cette évolution du volume et de la répartition des précipitations a de graves conséquences sur une multitude d’activités économiques et sur la capacité des pays à réagir aux situations d’urgences telles que les grandes inondations côtières ou les fortes chutes de neige.

Certaines régions sont plus vulnérables que d’autres à ces changements. La région arctique, en particulier, se réchauffe deux fois plus vite que le reste de la planète. Les récifs coralliens, les « méga-deltas » (où se trouvent des villes comme Shanghai, Calcutta et Dhaka) et les petits Etats insulaires sont aussi extrêmement vulnérables à la montée du niveau de la mer.