Safari et changement climatique

COPENHAGUE – Au moment où Barack Obama se prépare pour son investiture, il semble judicieux de réfléchir à un passage de son livre Les rêves de mon père , qui en dit long sur la façon dont il envisage les problèmes mondiaux.

Barack Obama est au Kenya et veut faire un safari. Sa sœur kenyane Auma lui reproche de se comporter en néocolonialiste : « pourquoi toutes ces terres devraient servir aux touristes au lieu d’être cultivées ? Ces wazungu se soucient plus d’un éléphant mort que d’une centaine d’enfants noirs ». S’il finit par faire un safari, Obama n’a pas de réponse à cette question.

Faisons le parallèle entre cette anecdote et les préoccupations liées au réchauffement planétaire. Pour bon nombre de personnes – y compris le nouveau président américain –, le réchauffement planétaire est prioritaire, et réduire les émissions de CO2 est ce que l’on peut accomplir de mieux à l’heure actuelle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/2mZnqxb/fr;