skidelsky169_KENA BETANCURAFP via Getty Images_sanctions security council KENA BETANCURAFP via Getty Images

Les sanctions économiques : une mauvaise solution

LONDRES – Au début du mois, le conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan a accusé la Russie de se servir de l'énergie comme d'une arme politique. Le Kremlin a rétorqué que les sanctions américaines risquaient d'exacerber les déséquilibres sur le marché européen de l'énergie. Cette querelle souligne l'utilisation de plus en plus fréquente et de plus en plus problématique des menaces de sanctions économiques et des sanctions elles-mêmes en politique internationale.

En tant qu'instrument de pression, les sanctions économiques ne relèvent pas encore de l'affrontement militaire, mais elles sont plus proches de la guerre que de la diplomatie. Pourtant on remet rarement en question leurs justifications juridiques, politiques ou morales.

Les Etats ont toujours utilisé l'économie comme outil géopolitique. Le 19° siècle a constitué une brève exception à cette règle, car l'économie internationale était largement séparée de la politique internationale : la Russie a contracté un emprunt sur le marché de Londres pendant la guerre de Crimée. Mais dans les années 1920, la Société des Nations a officiellement relancé l'utilisation de l'économie contre les Etats fautifs. Et le Chapitre 7 de la Charte des Nations unies permet au Conseil de sécurité d'imposer des sanctions économiques contre les Etats qui menacent la paix mondiale ou lui portent atteinte.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/hAAXCisfr