Le syndrome de la Californie

STANFORD – Par le passé, la Californie a souvent annoncé les nouvelles tendances nationales et mondiales (des plus merveilleuses au plus excessives). Depuis longtemps, elle forme un berceau d’innovations en tout genre, depuis la technologie jusqu’aux divertissements en passant par le mode de vie. Les plus grandes entreprises technologiques du monde continuent de naître – et d’installer leurs quartiers généraux – en Californie : Apple, Intel, Cisco, Oracle, Google et Facebook, pour n’en citer que quelques unes dans le quartier où j’enseigne et habite.

Un moment, la Californie a fourni à la majorité de sa population des niveaux de vie en augmentation et une incroyable mobilité économique à la hausse. L’état avait les meilleures écoles et universités publiques des Etats-Unis. Ses citoyens étaient moins stratifiés socialement et économiquement que dans beaucoup d’autres états américains. Après la Deuxième Guerre Mondiale, les Américains émigrèrent en masse vers la Californie, considérée comme une terre d’opportunités, d’une grande beauté naturelle, et disposant de zones agricoles parmi les plus fertiles au monde.

Pourtant, quelque chose s’est radicalement détraquée par la suite, et sa compréhension permet de tirer des leçons pour tous les gouvernements nationaux et sous nationaux. L’économie de la Californie, qui auparavant était plus performante que le reste du pays, se comporte bien mal à présent. Le taux de chômage, à 12,4%, est plus élevé que dans n’importe quel autre état, à l’exception du Nevada.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/LuwOkg4/fr;