0

La répression de Bush

Quel souvenir laissera à l'histoire l'administration du président George Bush ? Après cinq années à la tête de l'État et trois autre à venir, certaines réponses sont déjà claires et d'autres émergent progressivement. Cette dernière catégorie comprend des violations croissantes des libertés civiles à l'intérieur des États-unis, qui peuvent désormais être comparées à celles de l'administration Nixon, il y a trente ans.

Bien entendu, les libertés civiles étaient condamnées à pâtir des conséquences des attaques terroristes de septembre 2001. Dans toute l'histoire américaine, les menaces pour la sécurité nationale, qu'elles soient réelles ou supposées, ont mené à des restrictions des droits des citoyens, et, dans une plus grande mesure, des droits des immigrés et d'autres personnes soupçonnées agir dans l'intérêt de forces étrangères.

Au vingtième siècle, les libertés civiles ont été particulièrement malmenées à quatre reprises. Dans les années 1917 à 1919, la participation américaine à la Première Guerre mondiale et les attentats à la bombe anarchistes après la guerre ont provoqué près de deux mille poursuites au niveau fédéral, des rafles d'étrangers et des déportations sommaires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'attaque japonaise sur les États-Unis a été suivie de l'enfermement de plus de 120 000 sino-américains à cause de leur race, parmi lesquels beaucoup étaient nés sur le sol américain.

À la fin des années 1940 et pendant les années 1950, la Guerre froide et les craintes que la menace rouge ne vienne saper la détermination américaine de l'intérieur ont débouché sur des myriades de programmes anti-subversifs qui ont fait perdre leur gagne-pain à des dizaines de milliers d'Américains. Enfin, pendant les années Nixon, la paranoïa du président concernant l'opposition à la guerre du Vietnam et à ses politiques a alimenté une série de mesures abusives qui ont fini par provoquer sa chute et sa démission.