L'option Blair en Palestine

La libération du journaliste de la BBC qui avait été kidnappé est considérée par certains observateurs partie comme une tentative du Hamas (qui nie toute participation à l'enlèvement) de s'attirer les bonnes grâces de Tony Blair. La communauté internationale a nommé ce dernier envoyé spécial en Israël et en Palestine après qu'il ait quitté son poste de Premier ministre de Grande-Bretagne. Il a la rude tâche d'aider le président palestinien Mahmoud Abbas à construire les institutions d'un Etat viable après la prise du pouvoir par la force du Hamas à Gaza. Au vu de l'enjeu, cela mérite d'être tenté, malgré la probabilité d'un échec - à moins que ne se manifeste un vigoureux soutien, aujourd'hui inattendu.

Quatre éléments conditionnent le rôle de Blair :

- la paix n'est pas possible tant que le gouvernement palestinien n'est pas maître chez lui ;

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/AuDSDJQ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.