0

Le Big bang de la liberté économique

Pourquoi est-il si difficile de mettre en place la dérégulation dont toute économie a besoin pour devenir plus compétitive ? Pourquoi tant de gouvernements essaient-ils de réaliser cet objectif et pourquoi la plupart d'entre eux n'y parviennent pas ? Tous leurs concitoyens bénéficient de la compétitivité du marché des biens et des services, mais le plus souvent, le large consensus nécessaire au soutien de politiques de compétitivité ne se matérialise pas, le soutien politique n'existe simplement pas. Pourquoi ?

Cette question est importante non seulement pour les économies de transition et les pays aux marchés émergeants, mais pour les pays développés également--en fait, presque partout sauf pour les États-Unis et le Royaume-Uni, qui se sont lancés depuis longtemps dans un processus de libéralisation économique radical et d'une portée considérable. La Nouvelle-Zélande et l'Irlande ont suivi, et leurs économies se sont fortement développées depuis.

Le manque de compétitivité est habituellement le fait d'une régulation excessive. Les services des taxis des capitales européennes sont chers car le nombre de licence est strictement contrôlé. En bloquant l'accès au marché, les propriétaires de licence ne font face qu'à une faible concurrence pour limiter l'augmentation des prix de leurs services, et les officiels qui accordent ces licences se trouvent bien placés pour récolter des voix ou des pots-de-vin. En bref, la régulation a tendance à dénaturer tout encouragement, stimulant ainsi ce que les économistes appellent un comportement à la recherche de rentes : le chauffeur de taxi et le fonctionnaire qui octroie les licences reçoivent des primes imméritées (rentes) simplement parce qu'ils peuvent exploiter leur position d'initié, et non pas parce qu'ils sont plus productifs.

Les notaires représentent un autre exemple de ce phénomène : dans de nombreux pays, les notaires demandent des honoraires très élevés pour des services quasiment inutiles. Les honoraires sont élevés parce que les notaires contrôlent eux-mêmes l'accès à leur profession. Sans réglementation gouvernementale (y compris des règlements imposant que le public achète ces services inutiles), les notaires ne seraient pas en mesure de réclamer ces rentes.