La lutte des classes en Turquie

NEW YORK – Les manifestations qui se déroulent en ce moment dans les villes turques peuvent être interprétées comme le signe d’une protestation massive contre l’islam politique. Ce qui a commencé comme un rassemblement contre le projet du gouvernement de raser un petit parc dans le centre d’Istanbul pour y construire un centre commercial kitsch s’est rapidement métamorphosé en un conflit de valeurs.

Au premier abord, cet affrontement semble opposer deux visions différentes de la Turquie moderne, la laïcité contre la religion, la démocratie contre l’autoritarisme. Des comparaisons ont été faites avec le mouvement Occupy Wall Street. Des observateurs ont même parlé d’un « printemps turc ».

Il est clair que de nombreux citoyens turcs, en particulier dans les grandes villes, en ont assez du style de plus en plus autoritaire du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, de son goût pour de nouvelles mosquées grandioses, du musellement de la presse, des restrictions à la consommation d’alcool, des arrestations d’opposants politiques, et aujourd’hui, de la brutalité de la réaction policière aux manifestations. Ils s’inquiètent de voir la charia remplacer la législation laïque et l’islamisme ruiner les efforts de modernisation de la Turquie post-ottomane entrepris par Kemal Atatürk.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/9wHnnIx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.