0

La Bataille de l'Europe

Le sommet européen de Bruxelles de ce week-end devait doter l'Union européenne d'une constitution qui lui aurait permis de gérer les challenges liés à l'admission de dix nouveaux membres au printemps prochain. Au lieu de cela, l'échec du sommet pourrait bien être un avertissement précoce à propos de cet élargissement, cause de perturbations suffisantes pour mener, non pas à une transformation bénigne de l'UE, mais à sa désorganisation totale.

Lors du précédent, les chances restent bonnes d'éviter toute catastrophe dramatique. l'UE a affronté de nombreuses crises politiques par le passé, dont certaines bien plus graves que celle-ci. À chaque occasion par le passé, les États membres ont préféré le compromis à la rupture.

Il est fort probable qu'il en sera ainsi cette fois encore. En effet, minimiser la gravité de cette dernière crise est facile : on pourrait dire que la cause immédiate de cet échec, à y regarder de plus près, n'est finalement pas si sérieuse.

L'essentiel de la question reste que la proposition de constitution donnerait à l'UE une méthode simplifiée et nouvelle pour voter à la majorité au Conseil des ministres. Selon la méthode adoptée trois ans plus tôt, au sommet européen de Nice, chaque État membre possédant un certain nombre de voix, proportionnellement à sa population, mais les petits pays sont protégés en ayant plus de voix proportionnellement que les grands pays.