Chris Van Es

L’ayatollah et la sorcellerie

WASHINGTON, D.C. – Mahmoud Ahmadinejad vient de commettre l’erreur que font tous les présidents iraniens : il a défié l’autorité du Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Son échec est aujourd’hui assuré.

L’opposition manifestée par Ahmadinejad est un aspect tellement prévisible de la politique iranienne qu’il a été qualifié de « syndrome du président ». Il tient à la confiance qu’a le président, en tant que dirigeant élu par la volonté populaire, de pouvoir s’abstraire de la surveillance du Guide suprême. Mais l’histoire de la République islamique d’Iran est jonchée de tentatives avortées de mise en place d’un centre du pouvoir indépendant. En finale, l’autorité religieuse l’emporte toujours sur l’autorité politique.

Cette double autorité est inscrite dans la constitution iranienne et penche inévitablement en faveur du pouvoir religieux, en particulier pendant le second mandat d’un président. Ahmadinejad n’est pas une exception à la règle. En fait, parce qu’il a voulu aller plus loin que ses prédécesseurs, son étoile se ternit plus rapidement. De plus, l’élection présidentielle controversée de juin 2009, et la crise politique qui en a résulté, ont irrémédiablement compromis la légitimité démocratique d’Ahmadinejad.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/0WSxLkm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.