La tentation anti-terroriste

La crise actuelle au Moyen-Orient ne concerne pas seulement directement cette région agitée mais plus généralement la « guerre mondiale contre la terreur » menée sous l'égide des États-Unis. Tandis que certaines victoires importantes ont été remportées dans cette guerre, une seule bataille a déjà été perdue : la définition de l'ennemi , par manque de dirigisme américain.

La terreur est un ennemi vague. Ce qui la rend si âprement difficile à affronter est qu'elle revêt plusieurs formes. Il est vrai que tous les terroristes agissent de manière criminelle en ôtant la vie à des innocents pour servir un objectif réel ou imaginaire. Alors que chacun d'eux a des motifs différents, aucune des causes qu'ils adoptent ne justifie leurs actes.

Dans la plupart des cas, la cause, l'action et la motivation de la terreur sont locales : l'ETA en Espagne, l'IRA en Irlande du Nord, les bombardiers suicides en Palestine, les rebelles en Tchétchénie, les Tigres tamouls. À l'inverse, les terroristes de l'Al Qaïda du 11 septembre ont agi à l'échelle mondiale et pour une cause internationale. À l'origine, ils étaient définis à juste titre comme une espèce différente : l'Amérique a déclaré la guerre non pas à toutes les variantes du terrorisme mais, pour citer le président Bush, aux terroristes « de classe internationale ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/4RJtvTw/fr;