1

Lutte contre la drogue : il faut changer de stratégie

Une fois de plus, la Russie et l'Ukraine sont victimes d'une illusion. Depuis la fin du communisme en 1991, l'utilisation des drogues interdites a augmenté de manière spectaculaire dans ces deux pays ( ainsi que dans bien d'autres). Ils ont réagi par des mesures draconiennes dans le droit fil de la politique simpliste visant à l'élimination totale des drogues adoptée par l'ONU. Ces mesures contribuent aujourd'hui à l'explosion du sida dans nombre de pays en développement.

Les conventions de l'ONU qui régissent la politique de lutte contre la drogue au niveau international ne tiennent pas compte des découvertes récentes sur l'utilisation des drogues et la dépendance. La plupart de ces conventions ont été établies bien avant l'apparition du sida qui est propagé essentiellement par l'utilisation des drogues intraveineuses dans les pays de l'ex-Union soviétique et dans de nombreux pays asiatiques.

Ainsi, sur le plan international, c'est en Russie et en Ukraine que le sida se répand le plus vite. Le nombre de personnes infectées y a été multiplié par 18 durant ces cinq dernières années. On estime qu'un million et demi de Russes et 400.000 Ukrainiens sont touchés et au moins 85% d'entre eux seraient des utilisateurs de drogues intraveineuses.

Dans une tentative mal inspirée de se conformer aux conventions de l'ONU, les gouvernements russe et ukrainien utilisent l'essentiel de leurs moyens de lutte contre la drogue à la répression. Les utilisateurs de drogues sont victimes de mauvais traitements de la part de la police et sont éconduits par les services de santé, même pour des soins vitaux. Et pendant ce temps, les drogues continuent à inonder le marché.