0

Endettement à l'américaine

Après presque quinze années de croissance sans précédent - avec seulement un bref ralentissement en 2000/2001 - les Etats-Unis se sont considérablement endettés à l'étranger, à hauteur de 25 % du PIB. Avec un déficit de la balance courante qui dépasse aujourd'hui 5 % du PIB, la dette extérieure des Etats-Unis augmente rapidement. Pourtant, aucun pays ne peut contracter indéfiniment des dettes, et cette situation doit donc prendre fin tôt ou tard.

Au début de l'année 1985, lorsque le déficit de la balance courante des Etats-Unis avait atteint 120 milliards de dollars - soit l'équivalent d'un tiers du déficit actuel - le reste du monde avait cessé de le financer. Le dollar s'était alors brutalement dévalorisé, de 50 % par rapport au Deutschemark. L'Europe n'a aucun intérêt à renouveler cette expérience.

En réalité, le monde n'a pas les moyens d'une disparition - soudaine - du déficit de la balance courante des Etats-Unis. Sans les exportations vers les Etats-Unis, la croissance timide que l'Europe a connu au cours de l'année passée s'évanouirait.

Le processus est peut-être déjà amorcé : la valorisation de l'euro - de 1,20 dollar à 1,30 dollar dans les derniers mois - a suffi à paralyser la croissance européenne pour la fin de cette année. Avant la baisse du dollar, les exportations des 25 Etats membres de l'UE augmentaient de 6,5 % par an, contre 2 % pour la consommation et 3 % pour les investissements. Au Japon, la reprise récente était presque entièrement tirée par les exportations. Mais le yen prend de la valeur et la croissance là aussi semble s'interrompre.