Paul Lachine

L’abus de l’histoire et la bombe irannnienne

TEL AVIV – Imbibés de leur histoire souvent tragique, les Juifs ont tendance à révérer le passé. Mais le passé, surtout lorsqu’il est malmené, peut devenir l’ennemi de l’avenir et troubler notre lecture du présent. Et c’est bien de cela dont il question lorsque les dirigeants israéliens s’entêtent à établir une analogie entre l’anéantissement des Juifs Européens et la menace que pose à l’état Israélien un Iran possédant l’arme nucléaire.

La journée en Souvenir de l’Holocauste à Jérusalem cette année encore fut l’occasion pour les dirigeants Israéliens de rivaliser entre eux en nourrissant les inquiétudes et l’hystérie populaire autour des intentions de l’Iran.

Le Président Shimon Peres, qui, contrairement au Premier ministre Benyamin Netanyahu, doute de l’utilité d’une attaque sur les installations nucléaires iraniennes, a parlé de la « menace d’extermination » qui plane sur Israël. Le ministre de la défense Ehud Barak, lui-même habituellement plutôt rationnel, a choisi Yad Mordechai, un kibboutz baptisé en l’honneur de Mordechai Anilewitz, chef du soulèvement du ghetto de Varsovie, pour alerter l’opinion internationale contre « ceux qui nient l’Holocauste, et surtout le Président iranien qui appelle à la destruction du peuple d’Israël. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Xf59jwJ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.