L’Attaque suicide « rationnelle »


La victoire surprise du Hamas lors des élections parlementaires palestiniennes ravive avec une certaine urgence la question de savoir qui sont les terroristes et comment répondre au terrorisme. Le comportement du Hamas au gouvernement révèlera si les terroristes et les responsables d’attaques suicides sont tous aussi implacables.

L’attaque suicide servira de test. Il y a peu d’armes dans l’arsenal terroriste aussi dévastatrices que l’attaque suicide, ou aussi peu comprise, car l’analyse sérieuse a apparemment cédé le pas au désir d’éviter d’accorder une quelconque légitimité aux responsables de ces attaques. Cette attitude contrarie cependant le besoin urgent d’analyser les attaquants pour découvrir qui ils sont vraiment, ce qui les motive et ainsi comment les arrêter.

En fait, il existe deux catégories principales de kamikazes responsables d’attaque suicide. La première représente la catégorie des kamikazes responsables des attaques de 2001 aux États-Unis, des bombes de Bali en 2002, de l’attentat contre les trains de Madrid en 2003 et des attaques de Londres durant l’été de 2005. Ces kamikazes sont indifférents à la qualité de leur victimes, directes et indirectes, qu’elles soient musulmanes ou pas : leur but est de terroriser et éventuellement détruire un mode de vie au nom d’un Dar-Al-Islam nébuleux, une entité utopique qui est censée résoudre tous les problèmes de la vie quotidienne.

Les kamikazes de ce type, difficiles à pourchasser et à neutraliser, peuvent facilement être identifiés et leur carrière criminelle révélée au grand jour, étant donné leur sauvagerie et leur dédain gratuit pour les normes éthiques, morales et religieuses. Les leaders religieux et politiques ont le capital intellectuel nécessaire pour réfuter leurs convictions religieuses mal placées et peuvent répéter sourate après sourate, hadith après hadith le refus de la violence et de l’assassinat d’innocents de l’islam avec force détail.

Mais la seconde catégorie de kamikazes présente un problème bien plus important, car elle représente des organisations telles que le Hamas et la Jihad islamique qui se battent de leur propre aveu pour des objectifs nationalistes. alors que le terrorisme est perçu avec juste raison comme un moyen illégitime, le nationalisme est un objectif rationnel et souvent légitime qui est partagé par de nombreux personnes qui ne sont pas des terroristes. Contrairement aux terroristes millénaristes tels que ceux d’Al Qaïda, pour qui l’objectif est ambigu, les objectifs plus réalistes des extrémistes nationalistes rend possible leur neutralisation en s’adressant à la racine du problème (la création, par exemple, d’un État palestinien viable).

La distinction entre ces deux types de kamikazes n’est pas toujours très claire. Nombreux sont ceux qui sont enthousiasmés par la bataille nationaliste et qui finissent par rejeter tous compromis raisonnable pour finir par défendre des objectifs touchant à génocide.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/SScE6bp/fr;
  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now