1

Thatcher et le Big Bang

LONDRES – Margaret Thatcher était une superstar aux Etats-Unis pour les personnes d’un certain âge, et les Américains sont surpris par les commentaires très divergents entendus dans la Grande Bretagne qu’elle a gouverné pendant 11 ans. Mais les Britanniques ne sont pas étonnés. Comme Tony Blair, Thatcher a longtemps été un produit britannique qui toujours eu plus de succès sur les marchés étrangers qu’à domicile.

Tous les aspects de son héritage sont sérieusement controversés. A-t-elle fait preuve de préscience concernant les problèmes de l’union monétaire européenne ou a-t-elle laissé l’Angleterre isolée à la lisière du continent ? A-t-elle créé un nouvel élan économique, ou a-t-elle laissé la Grande-Bretagne amèrement divisée, avec plus d’inégalités et moins de cohésion qu’auparavant ? A-t-elle anéanti la puissance des intérêts acquis et créé une véritable méritocratie, ou a-t-elle fait des banquiers et des financiers la nouvelle élite, avec de désastreuses conséquences ?

L’un des sujets passé à la loupe est en effet sa réforme de la City de Londres à la fin des années 80. En 1986, son gouvernement a joué un rôle important dans ce que l’on a appelé le “Big Bang.” Techniquement, le principal changement fut de mettre fin à la « capacité unique » par laquelle un négociant boursier pouvait être soit commettant, soit agent, mais pas les deux.

Avant 1986, il y avait des courtiers qui agissaient pour le compte de clients, et les intermédiaires qui faisaient le marché, et les deux ne devaient jamais se croiser. Ce système avait été abandonné ailleurs, et la réforme a permis à Londres d’accueillir de nouvelles institutions, surtout les principales banques d’investissement américaines.