0

Merci Monsieur Bush pour la nomination de Bernanke !

Il se pourrait bien que le monde entier ne le sache pas, mais nous avons échappé à une catastrophe lorsque George W. Bush a nommé Ben Bernanke pour succéder à Alan Greenspan à la toute-puissante fonction de président de la Réserve fédérale américaine (Fed). Des noms particulièrement effrayants circulaient autour de la Maison Blanche concernant ce poste et moi-même, cette fois, je n’avais aucune certitude quant au résultat final.

Or, presque par miracle, c’est un économiste hors pair et extrêmement fiable qui a été choisi pour diriger l’économie mondiale. Ceux d’entre nous qui connaissent Bernanke le perçoivent comme un spécialiste très expérimenté et intelligent. En outre, sa personnalité devrait lui permettre de briller au poste qu’il occupera à partir de février prochain.

Pourquoi cette fonction est-elle si importante ? Certes, Alan Greenspan est un grand homme. Cependant, c’est un étrange concours de circonstances qui a hissé la fonction de président de la Fed jusqu’au Mont Olympe.

Tout d’abord, considérons les deux autres grandes Banques centrales du monde : la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque du Japon (BoJ). Elles ne sont simplement pas complètement opérationnelles. Alors que la Réserve fédérale américaine modifie habilement sa politique des taux d’intérêt afin de stabiliser sa production ainsi que l’inflation, cela fait des années que ni la BCE, ni la BoJ n’ont changé leur politique des taux d’intérêt, la BCE se maintenant à 2 % et la BoJ à 0 %.