La Thaïlande au bord du Précipice

BANGKOK – Le siège de deux mois du centre de Bangkok par les dénommés “chemises rouge” s’est terminé dans un bain de sang. Plus de soixante personnes, dont deux journalistes étrangers et quelques soldats sont morts lors de la l’assaut donné par l’armée thaï pour mettre fin à la rébellion urbaine.

Le gouvernement thaï n’avait d’autre choix que d’en venir à la force après la rupture des négociations avec les manifestants. Les deux camps se méfiaient profondément l’un de l’autre, même si les cinq points de la feuille de route du gouvernement pour une résolution pacifique du conflit reconnaissait implicitement l’existence de sérieux problèmes socio-économiques et mentionnait la tenue d’élections anticipées en novembre – une concession faite aux manifestants qui prétendaient que le gouvernement n’avait aucune légitimité dans la mesure où il n’avait jamais été élu.

Un couvre-feu a été imposé la nuit dans la majeure partie du pays, après qu’un groupe de chemises rouge radicaux ait incendié plus de 35 immeubles importants dans Bangkok. Les cibles des militants étaient des succursales de la Banque de Bangkok, la plus importante banque du pays, et un pilier de l’establishment ; Siam Square, propriété du Palais ; et un centre commercial de luxe appartenant à l’une des plus riches familles thaïlandaise d’origine chinoise.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/si3P3xl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.