foley1_SouthAgencyGettyImages_journalistcamerawarzone South Agency/Getty Images

Apprendre aux journalistes à survivre

ROCHESTER, NEW HAMPSHIRE – En 2014, deux ans après avoir enlevé mon fils James Wright Foley, alors qu'il travaillait comme correspondant en Syrie, l'État islamique l'a torturé et tué. Le meurtre de Jim a mis sur le devant de la scène les risques extraordinaires encourus par les journalistes pour rapporter l'information depuis les zones dangereuses - et le besoin d'une action renforcée pour les protéger.

En 2018, 80 journalistes ont été tués dans le monde. Plus de la moitié d'entre eux ont été délibérément pris pour cible. Bien qu'un grand nombre de ces crimes aient eu lieu dans des zones de conflit, notamment en Afghanistan et en Syrie, près de la moitié se sont produits dans des pays qui ne sont pas en guerre, notamment au Mexique, en Inde et aux États-Unis, où quatre journalistes ont été tués lorsqu'un homme a ouvert le feu dans leur salle de presse d'Annapolis, dans le Maryland.

En Europe non plus, les journalistes ne sont pas en sécurité. En Slovaquie, le jeune journaliste de 27 ans Ján Kuciak a été tué dans sa maison, avec sa compagne Martina Kušnírová, après avoir enquêté sur des allégations de fraude fiscale impliquant des hauts fonctionnaires et des hommes d'affaires.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/xEwSbzFfr;