Skip to main content

Investment business Spencer Platt/Getty Images

Une réduction d'impôt pour les riches ne résoudra rien du tout

NEW-YORK – Bien qu'aux USA les ploutocrates de droite ne soient pas d'accord sur l'ordre de priorité des principaux problèmes du pays (les inégalités, la faiblesse de la croissance et de la productivité, l'addiction aux opioïdes, les écoles en difficulté et la détérioration des infrastructures), leurs solutions sont toujours les mêmes : baisser les impôts et déréguler, créer des "incitations" en faveur des investisseurs et "libéraliser" l'économie. Le président Trump compte là-dessus pour rendre sa grandeur à l'Amérique.

Cela n'a jamais marché et cela ne marchera pas cette fois-ci. Quand le président Reagan s'y est essayé dans les années 1980, il prétendait que les revenus fiscaux augmenteraient. Mais les recettes fiscales ont baissé, la croissance a faibli et les travailleurs ont souffert. Les grands gagnants ont été les entreprises et les riches qui ont bénéficié de baisses d'impôts spectaculaires.

Trump n'a pas encore fait connaître son projet en la matière. Mais contrairement à ce qui s'est passé avec sa tentative de réforme du systéme d'assurance-maladie, le manque de transparence va lui nuire. Alors que beaucoup parmi les 32 millions de personnes qui risquent de perdre leur assurance-maladie à cause de son projet en la matière ne savent pas encore quel va être leur sort, ce n'est pas vrai des entreprises qui seront les perdantes de la réforme fiscale de Trump.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/26iYZWS/fr;
  1. eichengreen133_gettyimages_thumbsdownkeyboard Getty Images

    Will Libra Be Stillborn?

    Barry Eichengreen

    Where the problem for economies and financial services is lack of competition, residents of developing countries need to look to their own regulators and politicians. The remedy for their woes is not going to come from Mark Zuckerberg.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions