La France face au "capitalisme de la spéculation"

Nicolas Sarkozy, le favori dans la course à la présidence de la France s'en est pris récemment à ce qu'il appelle le "capitalisme de la spéculation" en déclarant qu'il "faut moraliser la zone financière” née de l’euro. Mais qu'entend-il par “capitalisme de la spéculation” ? Cette expression qui n'est guère utilisée paraît redondante, car "capitalisme" est pratiquement synonyme de "spéculation".

Sarkozy exprime un sentiment qui ne se limite ni à son parti, ni à la France. Ses remarques se rattachent à de nouvelles idées et à une attitude qui vont façonner l'économie du 21° siècle, aussi est-il du plus grand intérêt de se demander ce qu'est le “capitalisme de la spéculation”

Sarkozy a traité l'ouverture des marchés de “politique de la naïveté” et veut prendre une série de mesures qui seront autant d'obstacles sur le chemin de la mondialisation économique. Bien qu'il veuille rendre le marché du travail en France plus flexible, il s'oppose au rachat des entreprises françaises par des étrangers, ainsi qu'au licenciement des salariés d'Airbus. Il semble que protéger la France du “capitalisme de la spéculation” revienne pour lui à intervenir sur l'économie pour protéger l'emploi en France.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/zXRsfuX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.