0

Parler avec les talibans

WASHINGTON – L’administration Obama a confirmé que, bien qu’elle n’y participerait pas directement, elle soutenait l’idée de négociations de paix entre les talibans afghans et le gouvernement afghan. Cette approbation de la Maison Blanche fait suite à la révélation d’informations indiquant que les représentants du président afghan Hamid Karzaï avaient entamé des discussions préliminaires au plus haut niveau sur l’éventualité d’un gouvernement de coalition et se sont mis d’accord sur un calendrier pour un retrait militaire d’Afghanistan de l’OTAN.

La question de négociations autour d’un rapprochement entre le gouvernement et les talibans est inévitablement sujette à controverse. L’espoir est qu’il n’y ait pas de cohésion entre les dirigeants talibans – c’est-à-dire que tandis que certains sont probablement fidèles à l’idéologie absolutiste d’Al Qaeda, d’autres pourraient accepter un compromis.

Karzaï et les dirigeants occidentaux ont répété avec insistance que leur offre de réconciliation ne s’étend pas aux membres d’Al Qaeda, qui sont considérés des éléments étrangers dont les convictions extrémistes et les activités terroristes passées en font des partenaires de négociation inacceptables. Bien qu’Al Qaeda et les talibans soient unis dans leur volonté d’expulser les occidentaux d’Afghanistan et de rétablir un gouvernement purement islamique dans lequel ils auraient le monopole de la puissance politique et religieuse, certains responsables talibans pourraient accepter des objectifs plus modérés.  

Mais surtout, des talibans au gouvernement ne soutiendraient pas nécessairement les insurrections islamiques dans d’autres pays ou ne se livreraient pas à des attaques terroristes à distance dans le pays occidentaux, ce qu’Al Qaeda ferait certainement. Ces dernières années, les représentants des talibans, conscients de l’empressement général de mettre fin à des années de combats dans le pays, ont clairement fait entendre que leur ambition politique se limitait à l’Afghanistan. Les chefs d’Al Qaeda, par contre, restent attaché à l’objectif d’établir des régimes islamistes radicaux à travers le monde musulman et continuent de faire la guerre contre une longue liste de gouvernements qu’ils considèrent hostiles à cet objectif.