0

Un discours sensé sur le réchauffement climatique

LONDRES – Au mois de février, 14 éminents climatologues, économistes et experts se sont réunis pour discuter d’une nouvelle orientation de la politique climatique. Leurs conclusions, publiées cette semaine par la London School of Economics (LSE) et l’université d’Oxford, méritent toute notre attention.

Cette réunion a été organisée par Gwyn Prins, un expert reconnu dans le domaine des relations internationales et de la politique de sécurité et qui dirige le Programme Mackinder de la LES, qui a pour vocation d'analyser la dynamique profonde des événements. Parmi les participants figuraient notamment le climatologue Mike Hulme de l’université de East Anglia, l’expert en politique climatique Roger Pielke Jr. de l’université du Colorado et l’économiste Christopher Green de l’université McGill. 

Le rapport du groupe, la « Communication de Hartwell », définit de nouvelles perspectives pour la politique climatique, à la lumière de l’échec des négociations pour un accord mondial sur le climat à Copenhague fin 2009. Les auteurs du rapport notent qu’après 18 ans, la politique climatique adoptée par de nombreux gouvernements dans la logique du protocole de Kyoto n'est pas parvenue à réduire de façon significative les émissions de gaz à effet de serre.

Ce qui caractérise le Protocole de Kyoto est bien sûr l’accent mis de manière réductrice sur la limitation des émissions de CO2. La « Communication de Hartwell » estime que l’approche du protocole de Kyoto, basée sur des expériences précédentes concernant des problèmes environnementaux relativement simples comme les pluies acides, était vouée à l’échec.