Lutter contre les principales causes de mortalité infantile

GENÈVE – Demandez à la plupart des gens de nommer les deux principales causes de mortalité infantile, et l’on vous répondra très probablement le paludisme et le sida. En réalité, il s’agit de la pneumonie et de la diarrhée – ces « tueurs oubliés » – qui sont responsables du plus grand nombre de décès, entraînant chaque année la mort de plus de deux millions d’individus parmi les plus vulnérables.

Ensemble, ces deux maladies sont responsables de 29% de la totalité des décès chez les enfants de moins de cinq ans. Ceci correspond à plus du double du total des décès entraînés par le VIH et le paludisme réunis, et équivaut quasiment au nombre de décès causés par les autres maladies infectieuses, blessures, et autres maladies post-néonatales réunies.

Pourtant, aussi choquantes que puissent paraître ces statistiques, le fait que la pneumonie et la diarrhée soient des maladies qu’il est possible de prévenir est certainement encore plus surprenant – à tel point qu’il serait parfaitement possible d’introduire des mesures qui permettraient d’ici 2025 de réduire à près de zéro le nombre de décès qu’elles engendrent. C’est précisément ce à quoi nous entendons aboutir aujourd’hui.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/QwOiIxb/fr;