10

L'heure la plus sombre pour la Syrie

MADRID – Le conflit en Syrie devient de plus en plus complexe chaque jour et les perspectives du pays ne font que s'aggraver. Les horreurs quotidiennes que subissent les citoyens assiégés d'Alep connaissent à présent un nouveau moment difficile, après l'effondrement du dernier cessez-le-feu négocié par les États-Unis et la Russie, qui s'est fâcheusement effondré précisément au moment où les dirigeants mondiaux se sont rassemblés lors de l'Assemblée Générale des Nations Unies.

Quand le conflit syrien se terminera enfin, trois de ses principales caractéristiques vont compliquer les efforts de reconstruction. Tout d'abord, toutes les forces en présence dans la bataille ont ignoré les droits de l'homme internationaux et ont transgressé les normes humanitaires fondamentales. En fait, le blocage de l'aide humanitaire, les attaques sur les civils et le ciblage de sites spécialement protégés par le droit international sont devenus des stratégies de guerre.

Depuis le mois d'avril, les hôpitaux syriens ont subi des dizaines d'attaques et l'aide a été retirée à certains villages les plus dévastés. De nombreux hôpitaux d'Alep ont dû fermer après avoir été ciblés pendant le siège.

Ces actions constituent peut-être des crimes de guerre, mais elles ne sont malheureusement pas nouvelles. Pour la seule année 2015, des services médicaux de Syrie affiliés à Médecins Sans Frontières ont subi 94 attaques, qui ont laissé 23 morts parmi les membres de l'organisation et 58 blessés. En mai dernier, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution appelant toutes les parties concernées en Syrie à respecter le droit international humanitaire. À présent, les membres du Conseil de sécurité s'accusent mutuellement de violer leur propre résolution.