22

Les deux guerres de la Syrie

DENVER – La Syrie est dévastée par deux guerres. Un conflit, entre le président syrien Bashar al-Assad et les factions rebelles comme l’Armée libre syrienne, qui ne peut être réglé que par des voies diplomatiques – précisément le genre de solution que visent à atteindre les pourparlers de paix à Vienne, où prennent part la plupart des puissances mondiales et des acteurs régionaux. Régler le second conflit, mené par le Daech, nécessitera des moyens très différents.

Il est entendu que la guerre avec le Daech constitue également, d’une certaine manière, une guerre civile – à la fois entre les sunnites et les chiites et entre factions sunnites – et qu’elle est liée à la lutte contre Assad. Mais les attaques terroristes sanguinaires de Daech à Beyrouth et à Paris (sans parler des actes barbares de ses sbires en Syrie et en Iraq) montrent clairement qu’il ne peut y avoir de dialogue – encore moins des compromis – avec ses chefs. Rien ne peut justifier une entente politique, diplomatique ou territoriale avec un tel groupement, dont les idées fanatiques et vicieuses vont à l’encontre de toutes les normes fondamentales des sociétés civilisées.

Assurément, il faudra faire appel à la diplomatie dans cette lutte. Comme la guerre fait souvent partie de la diplomatie, la diplomatie peut parfois faire partie de la guerre. Dans le combat contre Daech, la diplomatie jouera un rôle vital pour galvaniser une alliance de pays avec pour mission de faire disparaître à jamais ce groupe armé – ce qui devra toutefois se faire par les armes.

Daech, comme tous les pays concernés doivent l’accepter, n’a nulle part de rôle légitime à jouer. Il faut exclure de la coalition armée quiconque, surtout de la région, qui tente de piger dans certains des objectifs du mouvement – afin, par exemple, d’appuyer ses visées anti-chiites, sinon ses méthodes – doit être exclu de la coalition armée. Pour paraphraser le président George W. Bush, les pays doivent se décider : ils sont dans notre camp ou dans celui des terroristes.