Margaret Scott

L'impasse sectaire de la Syrie

PRINCETON – Ce qui a commencé en Syrie comme une révolte contre un régime oppressif a évolué en une guerre civile sectaire et plus récemment, en un conflit par procuration. Dans ce processus, la lutte est devenue de plus en plus compliquée, avec des objectifs contradictoires entre alliés et des tensions communautaires profondes, ce qui rend la situation presque inextricable.

D'un côté, les États-Unis, l'Union européenne, la Turquie, la Jordanie, l'Arabie saoudite et le Qatar soutiennent l'opposition, une foule de factions armées avec des ordres du jour divers et des idéologies qui vont du nationalisme syrien au jihadisme mondial. Cette désunion reflète les fractures de la société syrienne, le résultat de plus de quatre décennies d'un régime autoritaire et brutal.

De l'autre côté, la Russie et l'Iran (et son mandataire, le Hezbollah du Liban), chacun pour leurs propres raisons, soutiennent le régime du président Bachar el-Assad. Les motivations de la Russie sont liées à l'héritage de la guerre froide. Le régime d'Assad a toujours adopté une position anti-occidentale, s'alignant sur l'Union soviétique et plus tard sur la Russie. Aujourd'hui la Syrie représente la dernière attache de la Russie dans le monde arabe, alors que tous les opposants d'Assad dans la région sont des alliés des États-Unis.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Anji7BS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.