African woman Florian Plaucheur/AFP/Getty Images

Les femmes dans l’économie verte

STOCKHOLM/LAGOS – Au Ghana, un groupe de jeunes et de femmes entreprenants construisent des vélos avec un matériau inusité : le bambou. Dix paysans cultivent le bambou et 25 personnes le transforment en vélos écologiques qui peuvent être utilisés sur les routes cahoteuses du Ghana ou exportés outre-mer. Bernice Dapaah, la fondatrice et PDG de Ghana Bamboo Bikes, prévoit de construire prochainement deux nouvelles usines et d’employer 50 personnes de plus dans des communautés accusant un taux de chômage élevé.

Ghana Bamboo Bikes n’est que l’un des exemples du rôle essentiel que peuvent jouer les femmes dans la transition vers un développement et une croissance économique durables. Mais de tels exemples devront se multiplier si nous voulons garantir un avenir prospère sur une planète en bonne santé. Le monde a besoin de davantage de femmes leaders en matière de lutte contre le changement climatique, que ce soit autour des tables où se prennent les décisions politiques ou à la tête d’entreprises, les orientant vers la durabilité.

Lorsque plus de femmes travaillent, les économies prospèrent. Selon le Forum économique mondial, il existe une corrélation positive entre une plus grande égalité des genres, qui implique d’utiliser davantage le capital humain, et le PIB par habitant, la compétitivité et le développement humain. Gaspiller ce capital a l’effet inverse : un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) indique que « les disparités entre les genres coûtent quelque 95 milliards de dollars (soit 6 % du PIB régional) par an en moyenne à l’Afrique subsaharienne ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/VA9n6ra/fr;

Handpicked to read next